Denis Scheubel, un Mulhousien s’envole vers Mars

Denis Scheubel, alias Sined, est un extraterrestre à vies multiples. Celle qu’il vient de passer à Mulhouse s’est terminée le 28 décembre 2018 … Mais notre ami artiste restera à jamais dans nos coeurs, nos oreilles, nos yeux.

Car Denis Scheubel était – est encore dans nos mémoires – un personnage unique et attachant. Depuis bien plus longtemps que la tour de l’Europe, il survolait Mulhouse dans tous les sens. Musicien, auteur, compositeur, peintre, poète, vidéaste … Artiste, tout simplement, triturant sons et images, apprivoisant mots et idées, il inventait chaque jour un monde différent. Prêt à toutes les folies pour sacrifier le quotidien sur l’autel d’un art inconscient, toujours chaud bouillant pour échanger un «confort dangereux» contre une aventure méditative …

Live à Auckland vs Singe Chromés

Il a participé à des centaines de concerts, a écrit plus de 200 morceaux, jouait souvent dans plusieurs groupes en même temps et réussissait l’exploit d’apparaître sur une scène alsacienne en s’exprimant uniquement en anglais … Cet infatigable créateur, trop mulhousien pour quitter cette «ville merveilleuse pour travailler, difficile pour se montrer». Pourtant, il a signé au siècle dernier un album sous le pseudonyme «Bigmini» sur Saravah, le label de Pierre Barouh, découvreur notamment de Jacques Higelin. Old School, l’association qui porte le projet Radio MNE, a produit son cinquième disque «Bruit roux», et également «Live à Auckland», qui compte 40 titres électriques, chanson, rock, pop, électro, peut importe l’étiquette, tant que la bière n’est pas trop chère … Et son dernier projet musical « Singe Chromés » comptait un duo très pro, deux disques, une demi-douzaine de clips, des critiques conquis.

About Rock, Sex and Cities

Ce beau parleur est un specimen de première. La preuve. «Je peux refaire le double blanc des Beatles en quinze jours, en mieux, moins cher, seul et pas à Londres. Je peux même le refaire à Colmar. Doppel Wiss ?» Et il part d’un grand éclat de rire. Sans ordinateur toujours, sans structure souvent, Denis a toujours rêvé les yeux ouverts. S’essayant à la peinture depuis quelques années dans son atelier partagé à motoco, il investissait régulièrement des espaces originaux, toujours à l’affût d’une performance iconoclaste pour secouer le public. Repeindre toutes ses toiles en blanc pour susciter l’achat avant qu’il ne soit trop tard … Et pourquoi ne pas brûler ses oeuvres pour les transformer en souvenirs chaleureux ? Notre artiste multicarte se jouait des conventions, imaginant un concert sauvage devant une boucherie disparu de la rue du Sauvage, une nuit blanche musicale sur la terrasse de la tour de l’Europe ou une résidence à Berlin – mais Entremont ferait l’affaire aussi. Et finalement ce sera en haut du temple saint Etienne, dans une tour surplombant la principale place touristique de Mulhouse, qu’il mènera une semaine de résidence artistique monacale. Corde supplémentaire à son arc protéiforme, l’écriture sans musique. Goûtez donc « About rock, sex and cities », réjouissant bouquin sexuel illustré par le rocker Henri Walliser. Et plongez dans le web pour retrouver la voix de notre ami disparu à l’âge de 53 ans …

ÉCOUTER VOIR & LIRE

 

Webdesign : Adil Sabry + Polypod + Mathieu Monfourny