LA VITRINE SE PRÉPARE À UNE NOUVELLE VIE

Création

La Vitrine – la boutique associative mulhousienne dédiée aux créateurs de la région – a définitivement fermé les portes de son petit local de l’avenue Kennedy fin décembre. Mais c’est pour se préparer à rouvrir en avril, d’abord sous forme de boutique éphémère, au centre-ville, où elle espère trouver un nouveau souffle.

(article de François Fuchs paru dans le journal L’Alsace le 09/01/2018 • www.lalsace.fr)

Laura Chargelègue, responsable de la boutique associative, derrière la vitrine de la Vitrine, qui a fermé fin décembre avenue Kennedy pour se préparer à rouvrir à un autre emplacement début avril.Photo L’Alsace/ Hervé Kielwasser

Dans le petit local – il fait une cinquantaine de mètres carrés – de la Vitrine, au 53 de l’avenue Kennedy à Mulhouse, l’heure est au dernier inventaire in situ. Bientôt, il ne restera plus rien des nombreux produits de créateurs qui font la réputation des lieux depuis sept ans : bijoux, T-shirts (dont certains sont devenus culte !), déco, édition, musique, cartes postales, productions pour enfants, etc. Le magasin associatif a définitivement fermé ses portes le 30 décembre dernier. Ici. Mais que les nombreux fans de la maison se rassurent : après trois mois d’éclipse, le temps de finaliser un nouveau projet, la Vitrine va retrouver vie au début du printemps. Ailleurs.

En sept ans, près de 400 000 euros de chiffre d’affaires et 313 fournisseurs

On va y venir plus en détail. Mais auparavant, petit retour en arrière. La Vitrine a ouvert en octobre 2010 à l’initiative et dans le giron de l’association Old School, dont c’était jusqu’ici l’un des quatre pôles d’activité. Sa vocation ? « C’est une boutique de soutien et de promotion de la création locale » , rappelle Laura Chargelègue, qui a commencé à officier à la Vitrine comme bénévole, en 2012, y a travaillé comme chargée de mission de mi-2013 à mi-2014 et qui, après être partie pour ses études, a été recrutée comme responsable de la boutique en octobre 2016 (elle en est la seule salariée permanente, épaulée par deux personnes en service civique). En sept ans d’existence, la Vitrine – qui reverse aux artistes « entre 60 et 70 % » du prix de vente de leurs articles – a réalisé un chiffre d’affaires cumulé de presque 400 000 €, précisément « 396 595 € » , indique Laura Chargelègue. Et la boutique associative a permis de diffuser des produits de plus de 300 créateurs et artistes de la région mulhousienne et d’ailleurs en Alsace (très précisément, 313 fournisseurs ont été référencés en sept ans).

« Se remettre en question, savoir nous réinventer »

Ce bilan est positif à bien des égards. Mais après de premières années plus fastes, l’activité a commencé à marquer le pas : « Ça fait trois/quatre ans qu’on a plus de peine » , confie Laura Chargelègue. Et l’équipe a donc entrepris une réflexion pour faire évoluer la boutique et lui donner un nouveau souffle. « On est une association, on n’a pas les mêmes outils et la même force que les grandes enseignes, mais on doit nous aussi nous remettre en question, nous montrer dynamiques et savoir nous réinventer. » Dans le cadre d’un dispositif qui permet aux structures d’utilité sociale employeuses de bénéficier d’un accompagnement dans leur développement, la Vitrine a pu faire appel à un expert en études de marché et appui marketing : la société mulhousienne Decryptis, qui s’est penchée sur sa situation. « Ça a été très bénéfique » , commente Laura Chargelègue en évoquant le fruit de ce travail. « Il y a toute une réflexion sur notre manière de communiquer, le marketing, des outils auxquels on ne pensait peut-être pas… » Il apparaît aussi que l’emplacement qui était jusqu’ici celui de la Vitrine avenue Kennedy – quand bien même la Porte Jeune est toute proche – « n’est pas forcément le meilleur pour une boutique de notre genre et pour le type de produits qu’on propose » , relate la responsable de la boutique. « On s’en rend compte, ce n’est pas assez passant. »

Première boutique éphémère en avril

Forte de ce diagnostic, l’équipe a entrepris d’élaborer un nouveau projet. Et plusieurs grands axes sont déjà définis. D’abord, la Vitrine va se détacher d’Old School pour devenir une structure autonome, gérée par une nouvelle association dédiée. « On espère qu’elle sera montée d’ici à la fin du mois. On a constitué un CA. On est train de monter les statuts, de préparer le business plan, de rechercher des subventions… » Ensuite, il a donc été décidé de quitter l’avenue Kennedy. Et dans un premier temps, la Vitrine prévoit de vivre une expérience de semi-nomade : elle devrait rouvrir sous la forme de boutiques éphémères (ou pop-up stores, comme on dit en anglais), restant quelques mois à un endroit avant de migrer à un autre. « Notre objectif est d’ouvrir la première en avril pour une période de quatre mois, jusqu’à juillet donc. » Le local où s’installera la Vitrine au printemps n’est pas encore trouvé. Mais l’idée est de s’inscrire davantage dans le centre-ville commerçant. Et, en investissant au fil du temps différents lieux (avant de retrouver un local fixe à terme, sans doute à l’horizon de 2019), d’élargir la clientèle et de toucher des publics qui ne connaissent pas encore le projet. « Ça nous paraît important que la création soit accessible à tous. »

« Revenir aux bases du projet »

La volonté de l’équipe qui planche sur l’avenir de la Vitrine est aussi « de revenir aux bases du projet » , le soutien et la promotion de la création. « Ça nous tient à cœur , souligne Laura Chargelègue. Au-delà de la part reversée aux créateurs, si on augmente notre chiffre d’affaires, on pourra utiliser le bénéfice pour créer des événements, proposer des formations à nos créateurs, les aider à développer leur activité… » , poursuit-elle, avant d’évoquer encore une autre ligne force du projet : s’inscrire encore davantage dans le riche réseau artistique mulhousien et redévelopper la vocation de lieu de rencontre de la Vitrine.

CONTACTER

Par mail : lavitrine@old-school.fr. Pour suivre l’évolution du projet, rendez-vous sur la page Facebook de la Vitrine ou sur son site, danslavitrine.com

Webdesign : Adil Sabry + Polypod + Mathieu Monfourny